Sécurité et santé dans le secteur des titres-services

Selon l'édition 2019 du moniteur flamand de faisabilité du travail, 26,3% des travailleurs des entreprises de titres-services sont confrontés à une charge de travail élevée et à des risques sérieux de stress. Avec pas moins de 32,8%, la proportion de travailleurs soumis à des conditions de travail stressantes est plus de deux fois supérieure à celle du reste du marché du travail flamand. Plus d’informations en néerlandais sur le site de l’Autorité flamande: Vlaamse werkbaarheidsmonitor 2019.

L'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA), dans sa note de discussion 2022 sur le sujet, indique que malgré les niveaux élevés de satisfaction des travailleurs à l'égard de leur travail, le secteur en Belgique est confronté à plusieurs défis en termes de bien-être au travail:

  • un pourcentage élevé d’absence de longue durée, qui augmente d’année en année;
  • de nombreux travailleurs souffrant du dos (68%), d’arthrite et de douleurs musculaires (67%) et de douleurs au cou ou aux épaules (62%);
  • une connaissance insuffisante ou inexistante des produits toxiques et interdits qui peuvent avoir des répercussions sur la santé des travailleurs.

La note de discussion est disponible sur le site de l’EU-OSHA: Le bien-être au travail dans le secteur des titres-services en Belgique.

Une étude d’IDEA-consult réalisée en 2018 auprès de 3.896 aides-ménagères révèle aussi des pourcentages élevés d’autres plaintes médicales: 43% des aides-ménagères souffrent de maux de tête, 26% d’irritations de la peau et 17% de problèmes affectant les voies respiratoires. Vous trouverez davantage d’informations sur ces chiffres dans le rapport suivant sur le site d’IDEA-consult: Travail faisable et maniable dans le secteur des titres-services: Étude sur le bien-être des travailleurs titres-services (PDF, 0,99 MB).

Campagnes d’inspection CBE

2022

Entre février et avril 2022, l’inspection du travail du Contrôle du bien-être au travail (CBE) a mené une campagne d’inspection auprès des entreprises du secteur des titres-services. Le rapport d’inspection complet est disponible sur le site du SPF Emploi: Campagne d’inspection de l’Inspection du travail - Contrôle du bien-être au travail dans le secteur des titres-services.

Au total, 159 avertissements écrits ont été émis pour les 175 visites d'inspection effectuées. En outre, 19 avis écrits ont été émis, ainsi qu’1 Pro justitia.

Quelle que soit la forme juridique de l'entreprise de titres-services, les inspecteurs ont principalement constaté les infractions suivantes:

  • L’absence d’analyses des risques spécifiques (agents chimiques, manutention manuelle de charges et protection de la maternité).
  • La surveillance obligatoire de la santé des travailleurs n'a pas été effectuée.
  • Il n'y a pas eu de surveillance par la ligne hiérarchique chez l'utilisateur pour vérifier si les matériaux (agents chimiques, équipement de travail) étaient adapté à une exécution du travail en toute sécurité et dans de bonnes conditions de santé.

L'employeur d'une entreprise de titres-services agréée porte la responsabilité pénale finale du respect des obligations prévues par la réglementation en matière de bien-être. Néanmoins, l'inspection a constaté que:

  • certains employeurs ne sont souvent pas au courant de leurs obligations légales;
  • certains ont été bien informés par leur service externe de prévention au travail mais n'ont pas respecté leurs obligations, souvent par manque de connaissances;
  • d’autres ont eu à peine des contacts avec leur service externe ou ont été mal conseillés.

Les résultats de cette campagne ont été présentés le 7 février 2023 devant le Bureau exécutif du Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail.

2023

Durant la campagne nationale 2023, un certain nombre de points clés de la réglementation visant à garantir le bien-être des travailleurs ont de nouveau été examinés dans l’entreprise titres-services et nous avons regardé comment y était effectué le contrôle du respect des obligations prévues par la réglementation sur le bien-être.

Lisez le rapport complet: Rapport final de la campagne nationale 2023 dans le secteur des titres-services (PDF, 418 KB)

En tenant compte des trois principales infractions mentionnées ci-dessus et constatées au cours de la campagne nationale 2022 évoquées ci-dessus, les inspecteurs sociaux de la DG CBE ont examiné si les éléments essentiels du système dynamique de gestion des risques étaient appliqués et si les mesures de prévention nécessaires étaient prises.

Au cours de la campagne nationale de suivi 2023, 83 visites d'inspection au total ont été effectuées, dont 47 visites de suivi dans des entreprises titres-services déjà visitées au cours de la campagne nationale 2022 et 36 nouvelles visites dans des entreprises de titres-services.

Pour les 47 visites de suivi, 29 avertissements écrits ont été établis conformément à l’article 21,2° du CPS et 2 avis écrits conformément à l’article 21, 1° du CPS. En outre, 31 procès-verbaux de constatation d’infraction ont été dressés conformément à l'article 21,5° dont 13 procès-verbaux établissant une infraction pour 13 entités juridiques appartenant à 1 unité technique d’exploitation.

Pour les 36 nouvelles visites dans des entreprises titres-services, 34 avertissements écrits et 3 avis écrits ont été rédigés.

Lisez le message suivant pour un résumé plus complet du rapport final: Suivi de la campagne d’inspection de l’Inspection du travail - Contrôle du bien-être au travail (2023) dans le secteur des titres-services.

Travailleurs titres-services - Matériel de sensibilisation

Vidéo: Risques chimiques dans le secteur des titres-services (SPF Emploi/SPF Santé publique – Belgique – 2022)

En mai 2022, le SPF Emploi a organisé, en collaboration avec le SPF Santé publique, une journée d’étude au sujet des perturbateurs endocriniens.

Dans le cadre de cette journée d’étude, le SPF Emploi a interrogé deux travailleurs et un secrétaire syndical (Béatrice Bolland, déléguée syndicale CSC, Christel Masset, responsable de formation et Kris Vanautgaerden, secrétaire syndical de la CSC Alimentation et Services) concernant le travail avec des produits de nettoyage dans le secteur des titres-services. Dans la vidéo suivante, qui est disponible sur le canal YouTube du SPF Emploi, de nombreuses astuces sont données sur la manière dont les entreprises de titres-services peuvent faire de la prévention pour protéger leur personnel contre les risques chimiques.

Vous trouverez également plus d’informations dans l’article suivant paru sur ce site BeSWIC: L’utilisation de produits dangereux dans le secteur des titres-services.

Travailleurs titres-services - Outils

Le SPF Emploi met plusieurs outils à disposition gratuitement. Vous pouvez les utiliser en tant qu'employeur dans le secteur:

OiRA Nettoyage (SPF Emploi – Belgique – 2017)

"OiRA" signifie "Online interactive Risk Assessment" (Outil interactif d’évaluation des risques en ligne). OiRA nettoyage est un outil pour le chef d'entreprise du secteur du nettoyage qui souhaite améliorer la sécurité et la santé de ses travailleurs.

Cet outil est disponible gratuitement et accessible à tous via la page OiRA, votre analyse des risques en ligne.

Réaliser une analyse des risques constitue une obligation légale pour tout employeur. Cet outil vous aide à satisfaire à cette obligation. Cet outil vous permet d'identifier et d'évaluer les risques et ensuite d'établir un plan d'action pour maîtriser les risques identifiés.

Dans le secteur des titres-services, de nombreux risques sont liés aux activités et aux installations des utilisateurs de titres-services. Il est donc important que la société de titres-services et l’utilisateur de titres-services travaillent ensemble à l'analyse des risques et à l’établissement de mesures de prévention.

Quelles actions communes peuvent être menées en concertation avec l’utilisateur de titres-services?

  • inspection de l’habitation;
  • identification des risques potentiels;
  • mise en œuvre des mesures de prévention;
  • signalement des irrégularités ou des accidents aux responsables.

Stratégie SOBANE (SPF Emploi – Belgique – 2008)

SOBANE Déparis est un guide gratuit de détection participative des risques. Au fil de ce manuel pour une réunion, tous les aspects susceptibles de rendre le travail plus sain et plus sûr sont abordés.

Sobane Déparis Nettoyage

Prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) pour le personnel du nettoyage (SPF Emploi – Belgique – 2017)

Frotter, nettoyer, déplacer des meubles ou vider les poubelles sont des tâches que l'on peut classer dans la catégorie des contraintes musculosquelettiques. Cette brochure en téléchargement gratuit pour le secteur du nettoyage explique quels sont les risques principaux et comment les éviter.

La brochure peut être téléchargée sur le site du SPF Emploi: Prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) pour le personnel du nettoyage.

Page OSHwiki reprenant des solutions pratiques pour améliorer le bien-être mental dans le secteur des titres-services (EU-OSHA – 2022)

OSHwiki, l’encyclopédie en ligne de l’EU-OSHA basée sur la collaboration, comporte une page reprenant des recommandations détaillées:

  • identifier l’équipement de protection personnelle (EPI), le matériel et les produits nécessaires dans le secteur;
  • informer sur ce qui est conseillé, permis et interdit dans le secteur;
  • coaching et formation des travailleur;
  • renforcer la supervision et le contrôle effectués par l’entreprise de titres-services;
  • bonnes pratiques;

La page est disponible sur le site d’OSHwiki:

Outils Fonds de formation sectoriel titres-services (Form TS – Belgique)

Le Fonds de formation sectoriel titres-services (Form TS) propose sur son site web une série d’outils pour appréhender les risques propres au secteur des titres-services. Plus d'informations sur le site de Form TS, dans la rubrique Outils.

Vous trouverez davantage d’informations sur les outils de Form TS sur la manière de réagir aux comportements inappropriés sur la page suivante du site de Form TS: Réagir aux comportements inappropriés.

Scan soutenabilité

En octobre 2022, Form TS a lancé un scan de soutenabilité pour le secteur des titres-services. À l'aide de 3 questionnaires destinés au personnel interne, aux aide-ménagères, et aux utilisateurs de titres-services, les entreprises de titres-services peuvent se faire une idée de la soutenabilité du travail des travailleurs titres-services dans leur entreprise. L'outil est disponible sur le site de Form TS: Scan de soutenabilité.

Questions parlementaires

  • 55036698C & 55037164C Chambre (27/06/2023) - Les conditions de travail des aides-ménagères

  • 55035285C, 55035878C, 55035888C, 55035976C Chambre (18/04/2023) - Le bien-être au travail des travailleurs du secteur des titres-services

  • 55033753C, 55034121C, 55034230C, 55034510C Chambre - Les infractions dans le secteur des titres-services

  • 55032212C Chambre - La campagne d'inspection auprès des entreprises de titres-services

  • 55026288C Chambre - Le taux d’incapacité dans le secteur des titres-services

  • 700 Chambre - L'inspection des règles sanitaires dans le secteur des titres-services

  • 55015023C et s. Chambre - Le livre noir du secteur des titres-services

  • 55003336C Chambre - Les effets de l’entrée dans le système des titres-services sur l’emploi et la santé au travail

  • 55000579P Chambre - Les travailleuses du secteur des titres-services face au COVID-19

  • 6-1647 Sénat - Entreprises de titres-services - Secteur du nettoyage - Charge physique du travail - Santé des travailleurs - Mesures de protection

  • 22885, 22905, 23792 Chambre - Les maladies pulmonaires chez le personnel de nettoyage

  • P2018 Chambre - l'étude de la FGTB sur les conditions de travail dans le secteur des titres-services et du nettoyage et l'application de la nouvelle réglementation relative à la réintégration des malades de longue durée

Travailleurs titres-services - Réglementation

Le Code du bien-être au travail contient une série de dispositions qui sont pertinentes pour les travailleurs et employeurs du secteur des titres-services.

Obligations générales découlant des dispositions du Code du bien-être au travail:

  • La cartographie des dangers et l'évaluation des risques doivent se faire sur la base d'une analyse des risques effectuée par l'employeur (éventuellement en collaboration avec le conseiller en prévention compétent et le conseiller en prévention-médecin du travail). L'analyse des risques doit être effectuée avant le début du travail et au niveau de l'organisation dans son ensemble, au niveau de chaque groupe de postes de travail ou de fonctions et au niveau de l'individu. La réalisation de l'analyse des risques ne peut en aucun cas incomber au travailleur individuel.
  • L'analyse des risques doit être basée sur des constatations faites sur la situation réelle du lieu de travail où les travailleurs effectueront le travail. Par conséquent, une analyse des risques correctement menée ne peut être établie qu'après une visite du lieu de travail.
  • Une première étape de l'analyse des risques consiste à identifier les dangers: la propriété ou la capacité intrinsèque d'un objet, d'une substance, d'un processus ou d'une situation, en particulier, qui peut causer des dommages ou menacer le bien-être des travailleurs.
  • L'analyse des risques tient compte de la nature (par exemple, forme physique et voie d'exposition) des dangers auxquels le travailleur peut être exposé, du degré (par exemple, concentration d'un agent chimique ou biologique, charges ergonomiques importantes, etc. ) et la durée (la période de temps et la fréquence). Il faut également tenir compte de l'exposition possible à des risques conjoints pouvant survenir au cours d'une journée de travail. Par exemple, dans le cas d'une exposition à des agents chimiques, où un travailleur peut visiter plusieurs lieux de travail en une journée, l'évaluation des risques doit être basée sur une moyenne pondérée dans le temps de la nature, du degré et de la durée de l'exposition aux différents dangers au cours d'une journée de travail nominale de huit heures.
  • Après avoir déterminé les différents dangers, l'employeur décide des mesures à prendre pour éviter ces dangers, les éliminer à la source ou les réduire. Dans ce choix de mesures, l'employeur doit tenir compte des principes de la hiérarchie de prévention, qui indique quelles mesures de prévention doivent être prises en premier. Pour plus d’infos, consultez la page Hiérarchie des mesures de prévention et analyse des risques.
  • L'analyse spécifique des risques doit déterminer quels matières (p. ex. agents chimiques, matériel de nettoyage ergonomique, etc.) peuvent ou ne peuvent pas être utilisés, quelles (fréquence des) tâches (p. ex. tâches comportant un risque de chute ou de contact avec des agents biologiques) peuvent ou ne peuvent pas être exécutées et dans quels espaces (p. ex. espaces trop froids ou humides, comportant un risque accru d'exposition à des agents biologiques, etc.) de manière à ne pas accroître l’exposition à des risques pouvant avoir un impact négatif sur le bien-être du travailleur.

Un rôle important dans la politique de bien-être au travail est joué, aux côtés de l'employeur, par le Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT; en l'absence de Comité, la délégation syndicale et, en l'absence de délégation syndicale, les travailleurs eux-mêmes). Le CPPT a notamment pour mission d'émettre des avis et de formuler des propositions sur la politique du bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, sur le plan global de prévention et le plan annuel d'action établis par l'employeur, leurs modifications, leur exécution et leurs résultats. Plus d’informations sur les missions et les droits du CPPT sont disponibles sur le site du Comité pour la prévention et la protection au travail.

Livre Ier, Titre 3: la Prévention des risques psychosociaux au travail

La problématique des risques psychosociaux s’inscrit dans le cadre de la loi sur le bien-être au travail. Les lois du 28 février 2014 et du 28 mars 2014 ont profondément modifié les dispositions du chapitre Vbis de la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail. Ce chapitre fixe désormais un cadre général pour la prévention des risques psychosociaux au travail.

L'employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les risques psychosociaux au travail, pour prévenir les dommages découlant de ces risques ou pour limiter ces dommages. Toutes les spécificités relatives aux analyses des risques et aux procédures individuelles sont reprises dans le titre 3 relatif à la prévention des risques psychosociaux au travail du livre Ier du code du bien-être au travail.

En raison de la situation de travail spécifique des travailleurs des titres-services, il n'y a généralement pas de contrôle de l'environnement de travail, ce qui peut augmenter les risques de plaintes psychosociales, entre autres.

En outre, en raison de la relation étroite entre le travailleur et l'utilisateur de titres-services (dans un environnement où le travailleur est souvent seul), il est difficile pour le travailleur de demander de l'aide à ses collègues ou à un dirigeant en cas, par exemple, de comportement transgressif ou de racisme.

Cette problématique nécessite une politique de prévention sur mesure, impliquant activement à la fois l'employeur, le travailleur et l'utilisateur de titres-services.

Des informations plus générales à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans le thème Risques psychosociaux au travail.

Livre V: Facteurs d’environnement et agents physiques

Pour les ambiances thermiques d’origine climatique ou technologique et les agents physiques présentes sur le lieu de travail, l’employeur doit réaliser une analyse des risques et doit déterminer les mesures de prévention adaptées.

Pour réaliser cette analyse, plusieurs facteurs doivent être pris en compte:

  • L'identification du danger: quels sont les facteurs environnementaux nocifs présents? Il peut s'agir, par exemple, d'appareils ménagers produisant des décibels très élevés (comme les aspirateurs) ou de pièces froides/humides.
  • La nature de l'exposition: forme physique et voie d'exposition.
  • Le degré d'exposition: par exemple, le nombre de décibels ou la température.
  • La durée de l'exposition: durée/fréquence possible de l'exposition du travailleur.

Lorsque des facteurs environnementaux nocifs sont présents sur le lieu de travail, il découle des dispositions du Code du bien-être au travail que l'employeur spécifie les tâches qui peuvent ou ne peuvent pas être effectuées et/ou les zones dans lesquelles le travailleur peut ou ne peut pas pénétrer.

Plus d’informations à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans les thèmes Ambiances thermiques et Bruit.

Livre VI: agents chimiques, cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques

Titre 1er relatif aux agents chimiques du livre VI du code du bien-être au travail s’applique à toutes les substances chimiques dangereuses présentes sur le lieu de travail. Pour les agents cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques, le titre 2 du Livre VI du Code s'applique

L'analyse des risques, qui fait partie du système de gestion dynamique des risques et sous-tend d'autres mesures de prévention, est essentielle à cet égard. L’analyse des risques tient compte de:

  • L'identification du danger: inventaire des produits présents avec identification des dangers (irritation de la peau, perturbation endocrinienne, impact sur les voies respiratoires, etc.)
  • La nature de l’exposition: forme physique (liquide, vapeur, etc.), voie d'exposition (par la peau, par inhalation ou par ingestion).
  • Le degré d'exposition: détermination des concentrations de produits et surtout de l'exposition (en pratique, cela suppose généralement des mesures de la concentration d'un agent chimique dans l'air de la zone respiratoire du travailleur).
  • La durée de l'exposition: durée/fréquence de l'exposition du travailleur.

Il ressort des dispositions du Code du bien-être au travail que l'employeur doit veiller à ce que l'exposition à des agents dangereux ne puisse pas se produire ou que l'exposition à des agents chimiques dangereux soit limitée autant que possible (techniquement).

Il est important de respecter la hiérarchie de la prévention: dans la mesure du possible, la première étape consiste à éliminer l'utilisation d'agents chimiques dangereux. Si ce n'est pas possible, il convient d'examiner si ces agents peuvent être remplacés par des produits moins dangereux (substitution). Pour plus d’infos, consultez la page Hiérarchie des mesures de prévention et analyse des risques.

Voici quelques mesures à titre d’exemple:

  • éviter au maximum les produits atomisés afin de minimiser l'exposition respiratoire (et une ventilation maximale lorsque cela ne peut être évité);
  • remplacer les produits aux propriétés corrosives ou irritantes par des produits ne présentant pas ces risques;
  • éviter le surdosage des produits de nettoyage;
  • ...

Certains agents dangereux peuvent être créés en mélangeant des produits de nettoyage (pensez, par exemple, aux vapeurs de chlore produites en mélangeant de l'eau de Javel et du détartrant). L'exposition à de tels risques chimiques doit être éliminée si possible.

Lorsque, dans le cas des travailleurs du secteur des titres-services, ce contrôle est insuffisant, il s'ensuit que l'employeur fournit lui-même des produits de nettoyage qui ne contiennent pas d'agents chimiques dangereux ou qui en contiennent le moins possible. Une approche alternative consiste à fournir des listes de produits de nettoyage interdits et recommandés ou obligatoires que l'utilisateur de titres-services doit acheter lui-même. Toutefois, l'employeur dispose ainsi de moins de contrôle pour protéger ses travailleurs contre l'exposition à des agents chimiques dangereux, car la présence des produits recommandés sur le lieu de travail dépend toujours de la bonne volonté de l'utilisateur de titres-services et de l'application correcte des instructions. Il ressort donc de la réglementation que l'option de fournir soi-même en produits de nettoyage est la meilleure mesure pour protéger efficacement les travailleurs.

Il découle également de la réglementation que le Comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) doit donner un avis préalable, après avoir reçu les informations appropriées de l'employeur, sur le choix, l'achat, l'entretien et l'utilisation des produits de nettoyage, des équipements de protection individuelle associés et des éventuels équipements de protection collective.

des informations plus générales à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans les thèmes Agents chimiques et Agents cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques.

Livre VII: agents biologiques

On entend par "agents biologiques": les micro-organismes (en ce compris ceux génétiquement modifiés), les cultures cellulaires et les endoparasites humains qui sont susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication.

Les agents biologiques, en fonction du risque de maladie infectieuse qu'ils présentent, sont classés en quatre groupes de danger, du moins dangereux (groupe 1) au plus dangereux (groupe 4). L'annexe VII. 1-1 du code du bien-être au travail fournit une liste des agents biologiques et de leur classification.

L'analyse des risques, qui doit être basée sur des constatations faites sur la situation réelle du lieu de travail, prend en compte:

  • L'identification du danger: quels sont les agents biologiques présents? Par exemple, des champignons ou des bactéries ou des utilisateurs de titres-services infectés par des maladies infectieuses telles que la grippe (virus influenza) ou le SRAS-CoV-2.
  • La nature de l’exposition: la voie d'exposition (contact avec des surfaces, inhalation d'aérosols, contact avec des fluides corporels, etc.).
  • Le degré d'exposition: par exemple, la taille du champignon.
  • La durée de l'exposition: durée/fréquence de l'exposition du travailleur.

Lorsque des agents biologiques sont présents sur le lieu de travail, il découle des dispositions du Code du bien-être au travail que l'employeur spécifie quelles tâches peuvent ou ne peuvent pas être effectuées et/ou quelles zones peuvent ou ne peuvent pas être pénétrées par le travailleur.

Concrètement, cela signifie que si, par exemple, la présence de moisissures est constatée sur le lieu de travail, le travailleur ne peut pas enlever ces moisissures lui-même. L'utilisateur de titres-services devra alors enlever lui-même ces moisissures ou les faire enlever par des organismes spécialisés.

Sur la même base, l'employeur doit protéger le travailleur contre l'exposition en lui interdisant, par exemple, de pénétrer dans une zone où il y a un risque trop élevé que le travailleur soit exposé à des agents biologiques de manière excessive (par exemple, dans une pièce humide avec formation de moisissures sur les murs).

De même, en présence d'agents infectieux (utilisateur de titres-services infecté par la grippe (virus influenza), SRAS-CoV-2, etc.), l'employeur doit protéger le travailleur en lui interdisant, par exemple, l'accès à ces lieux de travail.

Plus d’informations à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans le thème Agents biologiques.

Livre VIII: contraintes ergonomiques

Titre 3: Manutention manuelle de charges

Les travailleurs de ce secteur sont exposés à des risques ergonomiques dus à la manutention manuelle de charges. Quelques exemples concrets sont le port et le déplacement fréquents d'aspirateurs ou de seaux d'eau (souvent aussi dans les escaliers), le déplacement de toutes sortes de meubles pour nettoyer, l'exercice d'une force dans des positions corporelles défavorables. Les utilisateurs de titres-services ne disposent que rarement d'un équipement ergonomique approprié pour travailler.

Le Code prévoit que l'employeur est tenu d'évaluer ces risques en tenant compte de plusieurs facteurs, à savoir:

  • les caractéristiques de la charge à manipuler;
  • les caractéristiques de l'effort physique à fournir;
  • les exigences de la tâche à accomplir;
  • les caractéristiques du lieu et des conditions de travail;
  • les caractéristiques individuelles des travailleurs qui doivent effectuer les tâches.

L'employeur est tenu de prendre les mesures organisationnelles appropriées, d'utiliser les moyens appropriés ou de mettre ces moyens à la disposition des travailleurs, afin d'éviter que les travailleurs aient à manipuler des charges manuellement. Si ce ne peut être évité, les postes de travail doivent être aménagés de manière à ce que la manutention puisse se faire dans des conditions optimales de sécurité et de santé.

Les mesures organisationnelles qui peuvent être prises comprennent, par exemple, des instructions claires (tant pour l'utilisateur de titres-services que pour le travailleur) sur les tâches qui peuvent ou ne peuvent pas être effectuées. Comme il n'y a souvent que peu ou pas de contrôle de la situation concrète chez l'utilisateur de titres-services, l'employeur peut choisir de fournir lui-même l'équipement ergonomique. Les travailleurs doivent être informés et formés en vue de réduire les risques. Il existe également une surveillance médicale pour les travailleurs exposés à des risques.

Plus d’informations à ce sujet et les textes réglementaires sont disponibles sur le site du SPF Emploi, dans le thème Manutention manuelle de charges.

En pratique

  • OiRA-Schoonmaak
    OiRA-Schoonmaak
    Travailleurs titres-services / OIRA / Analyse des risques
    Activités de nettoyage et titres services

    Outil OiRA pour le secteur du nettoyage

    Un nouvel outil "OiRA" gratuit en ligne a été développé pour les micro et petites entreprises du secteur du nettoyage afin de les aider à inventorier et évaluer, d'une manière simple et efficace, les risques en matière de santé et de sécurité au travail...

Actualités et évènements

17.08.2023

Rapport de l’OIT sur les travailleurs domestiques

Un récent rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) résume brièvement les recherches approfondies menées par l'OIT en 2021...
20.06.2023

Nouveau thème sur BeSWIC: Travailleurs titres-services

Les travailleurs des titres-services sont potentiellement exposés à des risques liés à leur bien-être pendant leur travail. Comme dans toute autre...
01.02.2023

Campagne d’inspection de l’Inspection du travail - Contrôle du bien-être au travail dans le secteur des titres-services

Entre février et avril 2022, les différentes directions régionales du Contrôle du Bien-être au travail (CBE) du Service public fédéral Emploi,...
20.12.2022

L'utilisation de produits nocifs dans le secteur des titres-services

En mai 2022, le Service Public Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (SPF Emploi) a organisé, en collaboration avec le Service Public...
21.04.2022

Rapport de l’EU-OSHA sur la SST dans le secteur des titres-services

Avec plus d’un million de clients en Belgique (un quart des ménages), le secteur des titres-services est devenu essentiel depuis sa création en 2004...
21.05.2021

Sur le blog: paroles d’aides-ménagères et livre noir

La centrale “Titres-services” de la Fédération générale du Travail de Belgique (FGTB) a développé un site sur lequel les travailleurs de ce secteur...
reiniging
reiniging
20.10.2020

Sur le blog: 2ème campagne de sensibilisation concernant le respect pour les aides-ménagères

Le 14 septembre 2020, le fonds de soutenabilité pour les titres-services a lancé une deuxième grande campagne de sensibilisation “Ce n'est pas...
poetsvrouw
poetsvrouw
20.12.2019

Lettre ouverte et pétition pour réclamer de meilleures conditions de travail pour les aides-ménagères

Un groupe de médecins généralistes et de médecins du travail demande de meilleurs conditions de travail dans le secteur des titres-services. Le...
huishouden
huishouden
02.08.2019

Sur le blog: campagne matériel adapté et de qualité

Un matériel adapté et ergonomique est essentiel pour l’aide-ménagère. Le matériel doit aussi être bien entretenu. C’est pour cette raison que le...
Schoonmakers
Schoonmakers
30.08.2017

Sur le blog: risques accrus de décès dus à des maladies pulmonaires parmi le personnel d’entretien

Les cas de décès dus à des maladies pulmonaires sont plus fréquents chez les agents d’entretien que chez les employés ou les cadres. Ce constat s’...